J’ai lu « Centrée sur Dieu » de Elizabeth George

Ces derniers temps je lis beaucoup. En moyenne, je dévore deux livres par semaine. Parfois 4. Mais ce sont des livres chrétiens et j’hésitais un peu à en faire des comptes rendus. A vrai dire, je ne savais pas par quel bout commencer. Mais je vais me lancer avec cet excellent ouvrage de Elizabeth George appelé « Centrée sur Dieu ».

J’étais à la librairie chrétienne « Fraîche rosée » afin de rechercher des livres pour enfant quand la libraire m’a conseillé ce livre. Alors que j’avais menacé mon mari en entrant dans la librairie « on achète uniquement ce qu’on a prévu », je me suis retrouvée à faire les yeux doux, toute honteuse pour pouvoir rajouter cet ouvrage au panier. L’enthousiasme de la libraire était contagieux. Que Dieu la bénisse. Ce livre vaut la peine d’avoir essuyé les moqueries de Monsieur pendant le trajet retour.

Alors « Centrée sur Dieu » est un livre exclusivement dédié aux femmes et écrit par une femme. C’est une combinaison que je n’ai pas souvent l’occasion de rencontrer. L’auteur explique comment on peut arriver à allier nos casquettes de chrétienne, épouse, mère, professionnelle avec efficacité en appliquant les priorités divines.

Le livre s’articule autour de 3 grandes parties : la poursuite de Dieu, la poursuite des priorités divines et enfin la pratique des priorités divines. C’est un des nombreux aspects que j’ai aimés dans cet ouvrage. Il est vraiment pratique avec des exercices pertinents pour s’évaluer et progresser dans sa foi.

La poursuite de Dieu

« Or une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée » Luc 10.42.

C’est ce verset qui ouvre le chapitre de cette partie où l’on apprend à conserver un cœur bouillant pour Dieu et à cultiver l’excellence. L’auteur nous invite à nous rapprocher de Dieu et à développer des racines fortes et profondes à travers la lecture de la parole, la mémorisation des écritures, la prière et l’obéissance à Dieu.

La poursuite des priorités divines

La seconde partie nous parle d’amour. Cet amour que nous devons impérativement porter à notre mari malgré ses éventuels défauts et manquements, cet amour que l’on doit à nos enfants, cet amour que nous devons témoigner à notre prochain à travers des actes de sollicitude et des mots d’encouragement. On y parle également de croissance spirituelle et de l’importance pour une femme de transformer sa maison en foyer. Elle doit volontairement décider d’y faire régner la joie, l’entente, le calme, la bonne humeur…

« …quelqu’un doit forcément créer des souvenirs et entreprendre la tâche merveilleuse de faire de la famille une œuvre d’art. Quelqu’un doit bâtir le nid et en assurer la décoration intérieure. Quelqu’un doit prendre le temps de prier et de planifier des surprises. Quelqu’un doit se battre pour la famille, la voir comme une carrière, travailler dur pour éduquer un enfant dans le respect de Dieu et assumer les tâches ménagères répétitives pour entretenir le foyer. » P 94

Une chose qui m’a choquée, c’est que pour une femme son mari doit passer avant ses enfants dans son cœur. Difficile n’est-ce pas ? Pourtant telle est la priorité divine que nous enseigne Elizabeth George. Les couples qui n’ont pas compris cette vérité se sont bien souvent retrouvés comme des étrangers après le départ des enfants de la maison.

« Deux psychologues expliquent que les mariages perdent pied dès le moment où les conjoints investissent trop dans les enfants et plus assez dans leur union ». P 63

Il faut décider de continuer à s’investir dans le développement de l’amitié avec son époux, le maintien de la complicité, la consolidation de l’amour malgré la présence des enfants. J’ai donné une chance à son concept et cela se passe très bien.

En ce qui concerne les enfants, les mères chrétiennes doivent avoir à cœur de leur enseigner la parole de Dieu, la sagesse de Dieu. Ce sont des semences qui porteront du fruit dans leur vie au moment opportun. Elles doivent être affectueuses avec leurs enfants et leur faire comprendre qu’après Dieu et leur époux, ils sont les personnes les plus importantes de leur vie. Ils méritent le meilleur. L’auteur m’a édifié avec ce témoignage. Après avoir passé plusieurs heures à préparer un succulent repas pour une sœur de l’église qu’elle ne connaissait pas, qui venait d’accoucher et qui avait besoin d’aide, ses filles lui avaient demandé :

-Et nous, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Elle a réalisé qu’elle avait encore fait des pâtes au fromage et a pris la décision de ne plus jamais donner à d’autres, ce qu’elle n’a pas encore donné à sa famille. Nous aussi bien souvent nous offrons à d’autres des privilèges que nous refusons à notre famille. Cela doit changer et cela ne s’applique pas qu’à la nourriture. Notre temps, notre attention,  nos prières, nos investissements doivent être dirigés en priorité vers notre famille.

Les mères chrétiennes doivent protéger leurs enfants, éviter de les critiquer devant les gens. C’est aussi valable pour le mari d’ailleurs.

La pratique des priorités divines

Voici les priorités de l’auteur dont elle parle dans la deuxième et la  troisième partie.

1-Dieu

2-Son mari

3-Ses enfants

4-Son foyer

5-Sa croissance spirituelle

6-Son ministère

7-Ses autres activités

Si une activité de niveau 6 doit l’empêcher de mener à bien une activité de niveau 3, elle ne s’engage pas.

Mon seul regret après la lecture de cet ouvrage est qu’il ne se soit pas penché d’avantage sur l’aspect « vie professionnelle ».

Je le recommande vivement. Je l’ai eu le 21 Août 2019 mais je l’ai déjà lu 3 fois. En fait, je l’ai tellement apprécié que j’ai recherché les autres titres de l’auteur et déniché « belle aux yeux de Dieu ». Ce second titre est encore meilleur que celui-ci. En utilisant la femme vertueuse décrite par Proverbe 31, l’auteur nous explique comment devenir des femmes véritablement belles aux yeux du Créateur.

Related Posts

J’ai lu : tout se joue avant 6 ans du Docteur Fitzhugh Dodson

J’ai deux fils. Numéro 1 a 5 ans et Numéro 2 en aura 3 cette

J’ai lu voici venir les rêveurs de Imbolo MBué

« Voici venir les rêveurs » nous présente la vie de Jende Jonga, jeune Camerounais venu aux

J’ai lu : Safora de Anzata Ouattara

Originaire du Burkina, Safora vient d’une famille pauvre avec laquelle elle n’a plus de contact.

J’ai lu : sœurs de sang de Régina Yaou

Chaque fois que je participe à une édition du Salon International du Livre d’Abidjan, je

Laisser un commentaire