Forum sur la gouvernance de l’Internet à Paris : pour un internet de confiance

Le rideau est tombé hier à Paris sur la 13e édition du Forum sur la Gouvernance de l’Internet 2018. Le thème retenu était « Internet of Trust » qu’on pourrait traduire par un Internet de Confiance.

C’était ma première participation à cet évènement d’envergure mondiale.  J’ai pris plaisir à suivre une bonne dizaine de sessions qu’il serait bien difficile de résumer en quelques lignes. Je vais quand même tenter l’exercice.

Je retiens de ce Forum que de plus en plus de pays ont pris conscience que si Internet vient avec des opportunités, l’outil a également son lot de défis. Il peut s’avérer dangereux pour la démocratie avec la viralité avec laquelle sont diffusés les fausses nouvelles, les messages haineux, terroristes, racistes ou de propagande politique.

Comprendre la gouvernance de l’internet

Il faut donc penser à réguler Internet. Mais comment ? La première difficulté est de définir même ce que l’on entend par fausse nouvelle. Est-ce une nouvelle qu’on ne peut prouver ? Toutes les informations dont nous ne possédons pas la preuve de l’existence sont-elles forcément fausses ? Qu’est-ce que le discours haineux ? Haïr quelqu’un n’est pas un crime. A quel moment le discours haineux devient donc punissable ? Un problème mal défini conduira forcément à des solutions inadaptées ou partielles.

Préserver les libertés

La seconde difficulté est liée à la liberté d’expression qui est un droit fondamental. En effet réguler internet, c’est prendre le risque de limiter cette liberté d’expression, de  tomber dans la censure, d’affecter les droits humains. Malgré tout, rester les bras croisés n’est pas une option.  Alors comment préserver la liberté d’expression tout en luttant contre les fausses informations et les discours haineux de tous les genres ? Qui doit donc prendre l’initiative ? Les gouvernements ? La société civile ? Les entreprises privées ?

Privilégier la coopération

Tout le monde s’accorde sur la nécessité d’adjoindre les forces des différentes parties prenantes avec un niveau varié d’expertise pour trouver les meilleures solutions au trouble de l’information. Toutefois il y a plusieurs écoles. Pour certains, toute initiative qui viendrait d’un gouvernement verrait sa crédibilité entachée de gros doutes. On crierait à des velléités de musellement de la population et d’instauration de la pensée unique.

Pour les autres, l’absence de loi n’est pas synonyme de liberté. C’est plutôt la loi du plus fort,de la tyrannie,des puissantes entreprises privées. Pour eux, il faut bien que les Etats prennent leurs responsabilités en s’assurant bien entendu d’être le plus inclusif possible dans leur démarche. Une solution qui ne serait pas coopérative ne pourrait être efficace ou pérenne.

Eduquer au lieu de punir

Il y a également ceux qui pensent que prendre des lois n’est pas le plus utile pour une meilleure gouvernance de l’internet. Le cadre légal ne résout pas tout. Il faut plutôt penser à une éducation numérique de la population, lui apprendre à distinguer les vraies informations des fausses, développer son esprit critique, l’encourager à la vérification des sources.

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de panacée. Il s’est donc agit pour les participants de partager leurs expériences pour s’enrichir des réussites et même des échecs des autres pour que les citoyens bénéficient d’un environnement sain.

L’exemple français

Le Président français Emmanuel Macron a pendant la cérémonie d’ouverture, parlé d’une collaboration entre son pays et Facebook. En somme, Facebook accueillera une délégation de régulateurs Français qui aura pour mission d’élaborer des solutions concrètes sur la lutte contre les contenus haineux et les autres contenus offensants sur le net. Les contours de la collaboration n’ont pas été donnés dans les détails.

Mais la gouvernance de l’internet va au-delà des discours haineux ou de la fausse information. C’est aussi la protection des données à caractère personnel, la cybersécurité, la promotion des contenus locaux, la défense des copyrights des créateurs, l’éthique des intelligences artificielles…

Rendez-vous à Berlin

3 belles journées qui n’ont pas permis de repartir avec une solution universelle mais qui ont donné de belles pistes de réflexion et de collaboration qu’il reviendra à chaque pays d’approfondir et d’adapter.

La 14ème édition du Forum sur la Gouvernance de l’Internet se tiendra à Berlin en Allemagne. On verra bien les progrès qui auront été faits.

Related Posts

Blogger Trip au Maroc : de Marrakech à Essaouira avec l’ONMT

Deuxième voyage au Maroc mais premier vrai parcours touristique pour moi. Du 28 Novembre au

Une Gaou à Johannesburg

J'étais à Johannesburg pour participer à une conférence continentale des Mandela Washington Fellows. C’était mon
Photo de famille team Côte d'Ivoire

Comment je me suis retrouvée en Afrique du Sud?

Comment je me suis retrouvée en Afrique du Sud en juin 2018. En 2016 j’étais

Laisser un commentaire