La 9e édition du FEEF a démarré

J’ai pu assister ce matin au premier panel du FEEF, Forum de l’Emploi et de l’Entrepreneuriat Féminin initié par Mme Sandrine Roland. Nous avons parlé de confiance en soi avec 3 intervenantes:
– Mme Francine Aka-Anghui, Avocate et Présidente de l’AFJCI (Association des femmes juristes de cote d’ivoire)

– Mme Akouba Angola Aggré, Fondatrice de Dabali Xpress

– Mme Solange Amichia , Directrice Générale du CEPICI (Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire)

La famille est un terreau fertile pour développer la confiance en soi d’un enfant. Chez Mme Amichia, son Père qui a eu 7 filles et 3 garçons a mis un point d’honneur à enseigner à ses filles qu’elles pouvaient devenir tout ce qu’elles voulaient dans la vie. Elle est devenue une grande bosseuse qui aime les challenges et a tellement confiance en elle qu’on assimile souvent cela à un manque de modestie. 😂😂Elle est rentrée des USA quand le Président a appelé la diaspora à venir bâtir le pays et a su tirer son épingle du jeu alors qu’elle avait passé toute sa vie d’adulte hors du pays. Elle est aujourd’hui Directrice du CEPICI, première femme à occuper ce poste. Pour booster votre confiance en vous,  » do your homework ». Formez-vous, préparez-vous, soyez prêtes.

Mme Francine Aka-Anghui a bénéficié du soutien de son mari. Elle partage sa vie depuis plus de 30ans maintenant.Pour elle, si son mari a été aussi compréhensif et lui a permis de s’épanouir professionnellement c’est parce qu’il a été éduqué de cette façon. Fils de la défunte Maire Aka Anghui, il a très tôt été habitué à la voir poursuivre ses rêves, occuper des postes de responsabilités, être dynamique, mobile.

Elle a aussi mis ses enfants en « pilotage automatique ». Elle en a 5. Elle les a rendus autonomes assez rapidement, avec des horaires bien réglés et pour elle c’est à chaque Maman d’éduquer ses enfants en fonction de ses ambitions.

Mme Akouba Angola a parlé du fait que sa petite sœur et elle ont quitté très tôt les parents. Si j’ai bien entendu elle avait 7 ans et sa sœur 4 ans quand elles ont été mises à l’internat. Je suis assez surprise de voir qu’il existe sous nos cieux des internats pour enfants aussi jeunes.

Vous avez déjà testé ? Ça vous tenterait ?
Moi j’aurai du mal.

En tout cas ça lui a permis de très rapidement être indépendante et prendre des décisions pour sa sœur et elle.

Elle se décrit comme une enfant assez turbulente, une fauteuse de troubles. C’est celle qui était souvent punie, convoquée, remarquée négativement. Teindre ses cheveux en orange quand on est au lycée Sainte Marie de Cocody, il faut avoir un sacré courage pour le faire, surtout que sa mère était professeur là-bas. 😂😂😂. C’était dans la période avant le Bac où l’on permet à celles qui le veulent d’entrer à l’internat. Cette période qui nourrit les légendes urbaines selon lesquelles on nous montre les sujets des examens. 😜
Bref ! Elle a été renvoyée de l’internat 😂.

Elle croit que toutes les bêtises qu’elles faisaient étaient en fait dues à son trop plein d’énergie et à la créativité qui bouillonnait en elle. Elle avait juste besoin de canaliser tout ça.

Femme au foyer pendant un moment à Dubai avec son époux, elle était un peu fatiguée de tendre la main et d’avoir des réponses un peu agacées parfois. Elle a donc décidé d’entreprendre. Son mari n’était pas très enthousiaste au début. Il avait peur que le projet échoue et que l’argent soit jeté par la fenêtre. Mais elle s’est lancée avec ses propres économies dans un commerce de vêtements qui est rapidement devenu très florissant. Le reste appartient à l’histoire.

Même sans le soutien de ses proches donc, au vu de son expérience, il faut savoir se lancer et montrer aux gens de quoi on est capable. Ils finiront par suivre. Un peu comme les banques. Quand on a un projet, il faut faire nos preuves avec les moyens de bord. Les institutions financières suivront.

Aujourd’hui elle est actionnaire à 50/50 avec son mari dans Dabali Express. Leurs 3 premiers restaurants ont été ouverts sur fonds propres. Le 4e restaurant du Plateau qui vient d’ouvrir a été financé par une institution à hauteur de 300 millions.

Related Posts

Cinq pains et deux poissons

Hier soir nous avons lu l'histoire des 5 pains et des 2 poissons dans la

J’ai lu : le tatoueur de Auschwitz de Heather Morris

En 1942, à Krompachy en Slovaquie, Lale Sokolov  mène une vie plutôt confortable entre son

3e édition des Journées de Mobilisation des Médias contre le Cancer du sein

La 3e édition des Journées de Mobilisation des Médias contre le Cancer du Sein (JMMC)

Côte d’Ivoire : des journalistes et blogueurs formés à la couverture du développement durable

Pendant trois jours 28 journalistes et blogueurs en provenance de 21 pays africains ont bénéficié

Laisser un commentaire