Ton père va bientôt mourir

 » Ton père va bientôt mourir ».

 

Mon époux priait quand il a eu cette révélation. Son père était pourtant en pleine forme. Il a décidé de se lever contre cette attaque diabolique visant sa famille. Il a veillé, prié et jeûné. Au bout de deux semaines, il a reçu un nouveau message pendant sa prière:  » ce n’est pas une attaque, son temps est arrivé. Prépare-toi !…  »

 

Son père était le pourvoyeur d’une multitude de cousins, nièces, connaissances etc… Ils étaient une vingtaine dans ce duplex imposant, dépendant principalement de la générosité de cet homme, qui pourvoyait aux 3 repas par jour et parfois même au goûter pour tout le monde peu importe l’âge.

 

Mon époux savait que si son Père disparaissait, des jours de vaches maigres allaient venir. Il a alors commencé à s’imposer tout seul des restrictions. Il a commencé à se priver de nourriture et à manger une fois par jour. Il marchait pour certaines distances, même s’il avait l’argent du transport. Il avait supprimé certains de ses loisirs.

 

Et puis, 3 mois après avoir reçu la première révélation, son père est tombé malade. Il a alors prévenu ses petits frères : » Ne croyez pas que Papa va guérir. Son mal va l’emporter. Vous avez une journée pour pleurer. Après il faudra être forts pour soutenir Maman. Je ne veux pas voir quelqu’un verser une larme après cette journée là. »

 

Ils ont dû le prendre pour un fou. Mais leur père est mort effectivement alors que tout semblait aller mieux. Mais mon époux était prêt !

 

Parfois quand Dieu t’annonce une mauvaise nouvelle, ce n’est pas pour la combattre mais pour te préparer à l’affronter psychologiquement et même physiquement. Il faut prier pour avoir le discernement quand on reçoit une Prophétie négative ou sentons que quelque chose de mauvais va se produire. Je vais encore dire la fameuse phrase : »il faut se laisser guider par le Saint Esprit ».

 

La grossesse de Numéro 1 s’est très bien passée. J’étais rayonnante et très heureuse. Aucun malaise. Et puis à quelques mois de l’accouchement on m’a donné un pronostic de césarienne. J’ai refusé ça au nom puissant de Jésus Christ!

 

Le médecin insistait, j’ai donc changé de gynécologue. Entre temps je partais chez les hommes de Dieu que je connaissais pour tenter d’avoir du soutien ou une orientation. Mais, ils disaient tous que la grossesse était attaquée et qu’il serait préférable de ne pas prendre de risques.

 

Quelle attaque Dieu ne peut pas arrêter ? Je refusais de m’avouer vaincue. Je voulais accoucher par voie basse.

 

J’ai fait un rêve où il était clair que c’était moi ou l’enfant, mais je n’ai rien compris. Je voulais juste accoucher par voie basse.

 

Mon mari lui a compris et a commencé à prier plus intensément, faire des offrandes pour nous sans me dire. J’étais assez irritable à l’époque. Dès que tu parlais de césarienne tu devenais mon ennemi. Moi je voulais juste accoucher par voie basse.

 

Quand j’expliquais mon cas au téléphone à un médecin il me disait que c’était un petit problème. Je pouvais accoucher par voie basse…mais je devais venir pour une consultation. Après la consultation même verdict :césarienne. Circulaire, double circulaire, hauteur utérine excessive, bébé trop gros…Un docteur m’a même dit qu’il n’arrivait pas à voir le poids du bébé sur son appareil. Il devait donc être énorme. Hum ! Je ne voulais pas entendre ça. Moi je voulais accoucher par voie basse.

 

Ma fin de grossesse a été très très difficile. J’avais peur. J’étais troublée. Ils ont muté mon mari à l’intérieur du pays pour une affaire sans queue ni tête. J’étais souvent seule à la maison. C’était terrible !

 

Pour faire court, j’ai été opérée finalement par un médecin qui n’avait pas fait mon suivi pendant toute la grossesse. On s’était rencontrée quelques semaines avant. Il n’y avait pas vraiment de complicité pour me rassurer. J’étais inquiète. C’était ma première opération. Je n’avais jamais eu aussi mal de ma vie. J’ai récupéré très difficilement. Pourtant Dieu m’avait prévenue. Mais au lieu de me préparer, de me documenter, j’ai voulu combattre jusqu’au bout. J’ai voulu résister. J’en ai tellement souffert. Je bénis Dieu que cela n’ait pas affecté mon amour pour mon bébé.

 

Aujourd’hui quand j’apprends la mort d’une femme, alors qu’elle voulait donner la vie, je me dis que ça aurait pu être moi. Dimanche 10 Avril j’aurai un an de plus et c’est une pure grâce de Dieu d’être encore là !

 

Comme mon époux le dit souvent, un chrétien ne doit pas se laisser guider par ses émotions mais par l’Esprit de Dieu. Si tu dois passer par telle épreuve, il faut accepter de passer par là. Il te donnera les ressources pour triompher. Il connaît la fin du film. Toi tu ne vois qu’un épisode.

 

Je prends toujours le cas du bon vieil

Ezechias.

 

« 1En ce temps-là, Ezéchias fut malade à la mort. Le prophète Esaïe, fils d’Amots, vint auprès de lui, et lui dit: Ainsi parle l’Eternel: Donne tes ordres à ta maison, car tu vas mourir, et tu ne vivras plus. » 2 Rois 20:1

 

Il devait mourir. Il a eu la chance de recevoir l’information. Le but était de lui permettre de donner des ordres à sa maison. Il pouvait mettre ses affaires en ordre, préparer son départ, régler les éventuels problèmes de succession, la répartition de l’héritage. Son paradis était déjà assuré. What else ?

 

Mais il a décidé de négocier pour continuer à vivre.

Il a bénéficié de 15 années de plus. Mais dans ces 15 années, il a causé la perte d’Israël. Dans ces 15 années il a mis au monde un fils qui a été l’un des rois les plus cruels que Israël ait connu.

 

On jette tellement facilement la pierre aux gens quand on n’est pas dans leur situation. Mais beaucoup parmi nous auraient eu la même réaction que Ezechias. Aller au Paradis oui ! Mais, pas maintenant. On veut vivre encore un peu Seigneur ! 😏😏

 

Mais Ezechias et nous devrions plutôt prier comme Jésus: « Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. »

 

« Ne crains pas ce que tu vas souffrir » Apocalypse 2:20

 

Si tu es sûr que ce qui arrive vient de Dieu, prépare toi, attends et affronte !

 

Qui sait ? Dieu pourvoira peut-être lui-même au mouton du sacrifice, tout comme il a empêché Abraham de tuer Isaac. Et s’il ne le fait pas ? Ainsi soit-il ! Les souffrances présentes ne sont rien comparées à la gloire à venir (Romains 8:18)

 

D’ailleurs Dieu nous demande déjà de nous armer de la pensée de souffrir.

 

« Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché… » 1 Pierre 4:1

 

Que Dieu nous donne le discernement pour savoir quand combattre et quand nous préparer à affronter.

Related Posts

J’ai lu: Dieu, un cœur de père de Floyd McClung

Quelles étaient tes relations avec ton père quand tu étais enfant ? Lorsqu'on a eu

Messieurs les abus que vous avez subis ont eu une influence sur vous

Messieurs les abus que vous avez subi ont eu une influence sur vous. Parents surveillons

Partager la parole de Dieu avec les enfants

En partageant la parole de Dieu avec les enfants, on ressort souvent des leçons qui

Délivrés de la vaine manière de penser de nos parents

Délivrée de la vaine manière de penser de nos parents. Quand j'étais plus jeune il

Laisser un commentaire