Grill d’or: une belle aventure culinaire

Avez-vous déjà entendu parler du Grill d’or? Découvrez dans cet article comment je me suis retrouvée membre du jury de cette année.

Il parait que cela ne se voit pas mais j’ai une bonne dizaine de kilos que je n’ai pas perdu depuis mon deuxième bébé. De temps en temps, je regarde mes vieilles photos, tombe sur un ancien vêtement et je sens un regain de nostalgie et d’ambition m’animer. Mon orgueil fouetté, je me dis que je dois faire quelque chose et j’active le mode régime. Cependant, je ne suis pas le genre à faire un régime drastique. Je mange plutôt à satiété en faisant attention de consommer plus de légumes et de fruits et moins de féculents, de viandes rouges et de boissons gazeuses.

Cadeau de Dieu ou de l’autre ?

J’étais donc au régime depuis trois jours quand j’ai reçu ce message inbox.

 

« Bonjour Yehni. Serais tu disponible pour être membre du jury le 4 et le 5 Septembre. Nous organisons un concours, le Grill d’or pour le festival des grillades. »

Je me suis demandée s’il s’agissait là d’un cadeau de Dieu ou d’un piège de l’autre.  Combien de kilos cette vingtaine de plats à goûter en deux jours allaient me faire prendre ?

Un dicton ivoirien dit que « celui qui a peur n’a pas le courage ». J’ai décidé de me lancer. J’ai répondu « oui ».

Le grill d’or, un mini festival de grillades

En 11 ans d’existence je n’ai jamais participé au festival de grillades. Voyages, contraintes familiales, manque d’argent, pas envie d’affronter la foule, flegme de dernière minute: les raisons sont multiples. Et voilà que j’allais avoir mon mini festival en comité restreint ! 

Si quelqu’un vous invite à être membre du jury d’un concours culinaire je vous encourage à porter un vêtement ample et à ne pas manger avant de venir. Donnez-vous assez de place pour tenir sur la durée parce que cela a été une course de fond et non de vitesse. 24 plats en deux jours. Ce n’était pas une mince affaire. Attention également à ne pas boire trop d’eau.

Une explosition de saveur et de beauté

Quand le premier plat a été servi j’ai froncé les sourcils en voyant les portions riquiqui dans les assiettes. Je ne m’étais pas déplacée pour ces bouchées qui ne pouvaient pas remplir une carie dentaire. Mais j’ai vite compris que les organisateurs avaient raison. Je n’aurais jamais pu venir à de cette aventure si les portions avaient été plus grandes. Le drapeau blanc aurait été rapidement agité et l’éponge jetée pour signifier ma reddition. 

Nous avons eu droit a du poulet, de la pintade, du porc, de la perdrix, du lapin, de la dinde, du lapin, des escargots, du crabe, du poisson, apprêtés de façons variées avec des noms plus originaux les uns que les autres. Parmi les critères du Grill d’or il y a bien entendu le goût. Mais le dressage compte aussi dans la notation. Certains n’ont pas fait dans la dentelle. J’ai failli avaler une mouche en voyant arriver un porc entier avec sa tomate en bouche, couché sur son lit de feuilles d’attiéké, en pleine séance d’acupuncture aux piments rouges et jaunes, attendant de se faire déguster. D’autres ont été plus subtils comme ce concurrent avec ses brochettes de queue de boeufs ornées de poids baoulé ou celle avec son agouti emballé dans du pagne kita.

 

J’ai aussi été agréablement surprise par le foufou d’igname pané. Je pense que je vais tenter de refaire ça à la maison. Je n’y avais jamais pensé.

Un jury composite

En somme ce fut une belle expérience. Et je remercie les organisateurs d’avoir pensé à moi. Il faut savoir que le jury du Grill d’or est très varié. Mme Florence Koné, Directrice Générale de Advantage, la structure organisatrice du festival de grillades m’a confiée qu’au début le jury était composé de professionnels uniquement. Ils avaient des attentes assez techniques que la cuisinière lambda d’un maquis n’arrivait pas forcément à combler même si son repas était bon et apprécié du public. Ils ont donc au fil du temps décidé de constituer un jury mixte composé de Chefs, de gourmets, d’amateurs, de gourmands, de femmes au foyer….

Ne me demandez pas pourquoi j’ai été choisie mais j’étais au bon endroit pendant ces deux jours. Je suis impatiente de savoir qui a remporté la compétition. Peut-être que je ferai un tour au festival cette année pour manger de nouveau certains plats que j’ai trouvé succulents. 

 

Related Posts

J’ai lu Walaandé, l’art de partager un mari de Djaïli Amadou Amal

Walaandé. Partager un mari dans le foyer polygamique est un art. Cet art, Sakina ne

Qui sont les têtes de liste aux municipales 2018 de Cocody ?

Article mis à jour le 10/10/2018 La campagne pour les élections municipales et régionales 2018

La politique: un jeu aux multiples facettes

La politique est un jeu. Un jeu d’alliances qui se font et se défont au

J’ai lu Kétala de Fatou Diome

Un début triste Mémoria est morte. On le sait dès les premières pages du roman

Laisser un commentaire